Rituels Funéraires : Une démarche de respect

Il est primordial de respecter les dernières volontés du défunt et également de sa famille, notamment lors des cérémonies funéraires réalisées par une pompe funèbre.

Afin que vous puissiez organiser très facilement cette cérémonie nous avons répertorié pour vous les points importants à respecter en fonction de la confession du défunt (catholique, protestant, juif, musulman ou athée).

Vous pourrez bien entendu faire appel à nos conseillers pour tout complément d'information.

Les principaux rituels funéraires :


Les rituels pour un catholique

De façon générale c'est la famille qui prépare la cérémonie avec l'officiant. Elle choisit les lectures, les prières, les chants et les musiques.

La veillée funéraire était une pratique autrefois très répandue mais est devenue de plus en plus rare depuis les années 1970.

Les funérailles seront forcément célébrées dans le lieu de culte de la paroisse, ce sera soit un prêtre soit un laïc qui officiera. Si une messe est prévue l'intervention du prêtre sera nécessaire.

Concernant l'inhumation ou la crémation, l'Église autorise la crémation depuis 1963 mais il est préférable de procéder à l'inhumation du corps.

Au cimetière, lorsque le cercueil descendra dans le caveau, une lecture des dernières bénédictions sera réalisée. Celles-ci ne seront pas forcément réalisée par une prêtre même si sa présence est souvent souhaitée par la famille.

Il sera important qu'une croix avec la représentation du Christ soit fixée sur le cercueil.

Les rituels pour un protestant

Le famille préparera la cérémonie et pourra si elle le souhaite choisir des textes profanes.

Lors de la cérémonie, la présence du corps du défunt n'est pas nécessaire dans le Temple. La cérémonie de remise à Dieu sera constituée d'un message d'espérance pour les vivants, il s'agira d'espérer la résurrection du défunt. Aucune prière pour le repos de l'âme du défunt ne sera prononcée.

La crémation est une pratique très courante chez les protestants. Dans le cas où l'inhumation est préférée il faudra veiller à ce que le défunt repose sur le dos, les mains jointes sur la poitrine. Aucun objet de piété ou crucifix ne sera nécessaire, seule la présence du Paster sera nécessaire lors de la levée du corps.

Les rituels pour un juif

Les étapes du deuil sont très strictement définies pour la famille. Une première période de 7 jours est notamment marquée par de nombreux interdits et un grand nombre de visites de la part de la communauté juive. Au bout de 30 jours le deuil est levé, sauf pour les orphelins pour lesquels le deuil dure une année entière. Pendant un an il faudra que la famille récite le Kaddish et allume une lumière. Le geste sera ensuite répété tous les ans.

La cérémonie devra avoir lieu le plus rapidement possible mais elle ne pourra pas se tenir les jours de shabbat, les jours de fête et de Yom Kippour.

Le corps devra être préparé par une toilette rituelle respectant des règles très strictes. Elle sera réalisée par des femmes pour une femme et par des hommes pour un homme. Après la tahara, la toilette rituelle, un membre de la Hevra kaddisha veillera la personne décédée et le chantera des Psaumes jusqu'à l'enterrement.

Lors de la mise en cercueil, il faudra veiller à ce que le défunt repose sur le dos, les mains le long du corps, le visage tourné vers le haut. La tête reposera sur un sachet de terre d'Israël et le corps en sera saupoudré.

Aucun passage du corps ne sera effectué dans la synagogue puisqu'il s'agit d'un lieu de vie.

l est important de souligner qu'aucun dépôt de fleur ne sera réalisé.

Les rituels pour un musulman

La famille du défunt recevra pendant les trois jours qui suivent le décès les condoléances, des prières seront récitées pour le mort. Pendant ce temps, la famille sera entourée par la communauté, les voisins et les amis recevront les visiteurs et prépareront le repas. Lors du troisième jour, la famille invitera les voisins et les amis pour prier et lire le Coran. Au quarantième jour après le décès la communauté se retrouvera à nouveau pour prier.

Après le décès, il est important qu'une veillée funéraire ait lieu. Lors de cette veillée, des sourates du Coran seront récitées par un Imam ou par une personne habilitée.

Le nettoyage du corps sera réalisée par quatre personnes du même sexe que le défunt. Le corps sera forcément placé avec la tête en direction de la Mecque et sera lavé de haut en bas trois fois pour chaque partie en commençant par la droite. Le corps sera ensuite enveloppé par trois pièces d'étoffe blanche non cousue, bras le long du corps ou croisés sur la poitrine.

Le cercueil sera réalisé en bois tendre avec parfois un capiton vert ou un emblème en forme de croissant. Dans les pays musulmans le corps est placé à même la terre, la poitrine en direction de la Mecque.

Lors de la cérémonie, les hommes accompagneront le défunt. L'Imam prononcera la prière funéraire, il s'agit de la seule prière dite debout, sans inclinaison ou prosternation. Ce seront les 4 toiletteurs qui effectueront la mise en bière. Les femmes se rendront quant à elles le lendemain au cimetière.

L'organisation d'une cérémonie civile

Il s'agit d'une point délicat à aborder puisque bien souvent la famille souhaite effectuer une cérémonie religieuse alors que la volonté du défunt est d'exclure une cérémonie religieuse.

Toute l'équipe des chambres funèbres Casat se tient à votre disposition pour vous conseiller sur la cérémonie la plus adaptée. Nous pourrons vous aider à choisir le lieu le plus approprié ainsi que la décoration. L'éclairage des lieux seront un point essentiel, il faut qu'il soit doux et permette le recueillement.

Lors de cette cérémonie les prises de paroles pourront être réalisées à la fois par la famille mais aussi par les amis. Il faudra veiller à bien choisir les textes. Si vous en avez le coeur, préparez un "portrait musical", rappelant le défunt.

7J/ 7 & 24H/24
04.11.83.52.24
Top